Le stress oxydant

by thelmaetfleur
Le stress oxydant

Nous connaissons tous l’expression : « brûler la chandelle par les deux bouts » qui s’adresse aux personnes qui vivent dans l’excès. Je suis toujours étonnée par la force du vécu des dictons populaires qui viennent directement du ressenti sans passer par la case mentale. Si je prends cet exemple aujourd’hui, ce n’est pas seulement pour parler des conduites à risques, c’est le terme brûler qui m’interpelle. Il nous rappelle que les organismes vivants, du fait de leur métabolisme, se dégradent graduellement. C’est ce que l’on appelle le stress oxydant.

Le Professeur Luc Montagnier en parle abondamment dans son livre : « Les combats de la vie »

Il nous rappelle les causes multifactorielles de ce syndrome qui dépend :
De nos comportements individuels (la chandelle que l’on brûle par les 2 bouts)
De nos comportements collectifs (toutes les pollutions liées à l’environnement)
Mais aussi des réponses antioxydantes de notre organisme, donc de notre patrimoine génétique

Pour les deux premières causes, nous pouvons agir, pour tout ou partie, en ajustant nos comportements individuels et avec le développement durable. Quant est-il pour les causes profondes liées au fonctionnement de nos mitochondries ? Pour cela, c’est un autre problème, la loterie génétique fait que nous ne sommes pas égaux. Certains ont de bonnes mitochondries d’autres en ont de moins bonnes et en plus en vieillissant nos centrales cellulaires s’essoufflent…
Personnellement, je suis convaincue que l’hygiène de vie, les techniques de récupération comme la Fasciathérapie ou le Yoga, mais aussi toute technique permettant de travailler sur soi et de prendre du recul, contribuent toutes à lutter contre ce stress oxydant. Bien sûr, il est probable qu’aucune étude ne sera jamais effectuée sur ce sujet puisque personne ne pourra déposer un brevet…

Malgré tout je garde confiance, certains signes me rassurent, par exemple le point de vue qu’exprime avec beaucoup d'humilité le Professeur Montagnier sur l’homéopathie après tant d’années d’études et de recherches. Je cite :

« Et l’homéopathie ? Des millions de Français (un sur cinq) sont des adeptes de l’homéopathie, ne serait-ce que pour soigner les petits maux, et notre pays compte quelque 18 000 médecins homéopathes. Comment peut-on affirmer aussi catégoriquement que cette médecine ne présente aucune efficacité simplement parce que nous ne sommes pas en mesure de l’expliquer ? Une méta analyse récente (compilation savante de plusieurs études différentes) publiée en 2006 par la revue « The Lancet », conclut que les remèdes homéopathiques n’ont pas plus d’effets que les placebos. Effet neuro-immunologique ? Mais on guérit aussi des chevaux ! Peut-être l’homéopathie agit-elle par des mécanismes que la physique nous expliquera un jour, par exemple par l’action sur nos cellules de « la mémoire de l’eau » pour évoquer un autre chercheur jugé hérétique, Jacques Benveniste, mort abandonné. »

Related Articles